Les druides

Ils sont l’un des piliers de la civilisation Celte : Les druides.

On les disait détenteurs d’un immense savoir et César lui-même, dans son récit sur la guerre des gaules, les cite avec une certain respect. Selon lui, les druides s’occupaient des choses de la religion, des astres, de la nature des choses, des dieux et de leurs attributions. Il est précisé que les druides se réunissent une fois par an dans un lieu secret du pays des Carnutes. Il n’y avait pas un seul lieu de rendez-vous car on ne peut parler d’une internationale druidique, mais le pays des Carnutes (à coté d’Orléans, en France) est le plus célèbre.

S’il est si difficile d’en savoir beaucoup sur les druides, c’est qu’ils estimaient que leur travail ne pouvait être confié à l’écriture, que leur secret était trop important pour être divulgué à tous les vents.

L’histoire nous apprend que même si la Gaule fut envahie et inondée de culture greco-romaine par César, de tous temps la légende des druides fut vivace et reste dans l’imaginaire collectif présente et vivante.

Comme nous le disions, pour parler de la culture druidique, nous devons nous fier aux écrits orientés et partials de César. Mais ils nous permettent de sentir des tendances, des lignes de forces.

Nous trouvons quelques écrits antiques nous expliquant également que les druides pratiquaient l’initiation et le secret. Il y est de plus précisé que cet enseignement était délivré à des populations triées sur le volet car l’initié devait être digne de recevoir les savoirs précieux. Il était alors enseigné l’astronomie, la physiologie, les connaissances médicales et surtout… La connaissance des mystères des dieux.

Musique, architecture, histoire, les druides étaient des enseignants dans l’âme et aimaient transmettre de nombreux savoirs accumulés au fil des siècles.
Pour les druides, un être utile à la société devait en comprendre les traditions et l’histoire, la pensée immortelle et le devenir des âmes.

Il y avait trois sortes de prêtres dans l’organisation druidique. Les bardes, les vates et les druides.
Comme tout se pratiquait via la transmission orale, les bardes avaient une mémoire importante et retenaient des informations dans de nombreux domaines du savoir. Les vates étaient concentré sur la divination et la médecine, exceptionnellement ils pouvaient pratiquer l’écriture.
Nous trouvons enfin les druides théologiens, proches des puissants, détenteurs de connaissances ésotériques, ils permettaient aux rois d’asseoir leur autorité sur la population lors d’une cérémonie d’adoubement.

Nous savons peu de choses sur l’enseignement des druides mais nous savons qu’ils enseignaient que l’âme est éternelle et que nous nous réincarnons en passant d’une enveloppe à une autre.

Plus sombre, les druides incitaient à offrir des sacrifices pour calmer les dieux. Heureusement, les spécialistes sont d’accord pour dire qu’ils furent peu sanglants et que ces sacrifices ne concernaient pas les sacrifices humains.

Le domaine des druides est la nature. La nature et les étoiles. Les étoiles et les dieux. On raconte que certains commandaient les éléments naturels, donnant des ordres aux arbres, au vent et autres forces de la nature.

Le gui est l’élément naturel sacré des druides. Pour eux, le chêne est l’arbre sacré et la lune puissante, le moment de cueillir le gui qui y pousse. Les druides appelaient le gui «  celui qui guérit tout ».
Les druides sont aujourd’hui encore dans notre imaginaire collectif. Des auteurs en ont fait des personnages qui vivent dans notre littérature. A toutes les époques, ils inspirèrent de formidables récits d’aventure berçant des générations d’enfants et d’adultes.
Pour une caste qui n’aimaient pas laisser leurs écrits à tous les regards, étonnante manière de survivre aux époques et aux modes que de survivre en nos esprits.. par l’écrit!eboox.fr



Note Google:
[5]
EBOOX 2019 Lectures: 271 vues

Fermer le menu